L’Alzheimer : favorisé par les ronflements ?

Posted by

La nouvelle vient de tomber, une étude américaine récente affirme que les personnes qui ronflent ou qui souffrent de troubles respiratoires du sommeil, sont plus susceptibles de développer une déficience cognitive comme la maladie d’Alzheimer à un âge plus précoce.

L’étude menée par les chercheurs de l’académie américaine de neurologie, a démontré que les ronfleurs chroniques (qui ronflent toutes les nuits) et les personnes ayant un syndrome d’apnée du sommeil, sont plus exposés aux troubles de la mémoire et de leurs compétences cognitives (défaillances et lenteur). Toujours selon l’étude, en moyenne, ces personnes pourraient avoir l’Alzheimer 12 ans plus tôt que les autres. Les troubles apparaîtraient ainsi à l’âge de 77 ans en moyenne chez les ronfleurs contre 90 ans pour les autres selon cette étude.

Cependant, les risques pourraient être diminués en cas de traitement de l’apnée. Le port d’un masque de ventilation, qui permet notamment d’éviter les apnées du sommeil serait donc inévitable, selon les chercheurs.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *